13 juin

Voilà, c’est la date de plus en plus probable de l’opération. Demain je revois le Dr Labbé pour les côtés pratiques de l’opération. On m’a arrangé aussi un rendez-vous avec l’anesthésiste.

J’ai encore un peu douté cette semaine, à l’idée de me faire ouvrir une nouvelle fois. Tant de cicatrices, de changements physiques. Cela fera exactement 4 ans – l’espace entre 2 coupes du monde de foot :) – depuis l’opération du neurinome.

Ce qui m’a fait me décider définitivement :
- l’espoir de la diminution de la douleur des muscles atrophiés. Cette pression sourde sur la joue est usante.
- L’espoir de l’amélioration de l’oeil (peut-être la fin des problèmes de larmes artificielles).
- j’ai admis l’intérêt de la toxine botulique dans la symétrisation du visage grâce à la réduction de l’hyperactivité du côté sain.

Mais surtout la fin de l’effet boomerang.

L’effet boomerang, comme décrit dans le livre prêté par A. et sa famille, c’est le problème créé par l’absence de réciprocité du sourire. Les autres finissent par ne plus sourire, le paralysé prend ça pour lui et s’isole peu à peu. Serait-ce ce qui m’arrive depuis « un certain temps » ?

J’ai toujours pensé ne pas souffrir des conséquences sociales de la paralysie faciale. Peut-être était-ce une illusion ? Peut-être ai-je toujours voulu ignorer cet aspect ? Je ne veux pas non plus tout lui mettre sur le dos, mais j’ai certainement minimisé son impact.

Merci à tous ceux qui m’ont contacté ou accepté de me rencontrer. Ils m’ont beaucoup aidé à prendre ma décision.

Lisez les billets dans la même catégorie : Etat d'esprit - Mood, Progression et nouvelles - News